Mission accomplie pour les quatre formateurs de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) qui viennent de  boucler ce mardi 22 mars, à l’ hôtel Sultani, la formation approfondie sur le contrôle des marchés publics organisée par le Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques (COREF), au profit de soixante et un magistrats de la Cour des Comptes.

Moral haut, arborant un sourire aux lèvres, preuve d’avoir percé le mystère des méandres de la nouvelle législation relative aux marchés publics édictée par la Loi n°10/010 du 27 avril 2010 relative aux marchés publics, les heureux lauréats étaient tous au rendez-vous pour recevoir leurs brevets. Personne n’a voulu jouer aux abonnés absents tout au long de ce séminaire.


Photo de famille avec un groupe de participants (Photo ARMP/Maurice Ipoma)

La présence à la tribune du Coordonnateur du COREF et Coordonnateur national du Projet PROFIT CONGO, Godefroid MISENGA MILABYO, du Président de la Cour des Comptes, Ernest EZEMENGA et du Directeur Général de l’ARMP, Stanys BUJAKERA SANGANO,  mobilisés pour la circonstance a conféré toute la solennité à la cérémonie.
Il importe de signaler également la présence remarquable  du Président honoraire de la Cour des Comptes et Président de la Commission Economique et Financière du Sénat, Evariste MABI MULUMBA.
Credo pour la bonne gouvernance des finances publiques

«L’ARMP reste un partenaire dont on pourra toujours avoir recours », a reconnu le président de la Cour des comptes.
Soucieux de la bonne utilisation des finances publiques telle qu’édictée par les instructions relatives à l’exécution de la Loi des finances n°15/021 du 31 décembre 2015, le président de la Cour des comptes a rappelé les dispositions contraignantes sur les marchés publics ; lesquelles enjoint son institution de veiller au respect scrupuleux de sorte que l’Etat puisse acquérir des fournitures, des biens et services de bonne qualité et au moindre coût.
Ce séminaire, a-t-il, ajouté, a éliminé des zones d’ombre sur la législation et va influer sur la qualité de notre action et améliorer la bonne gouvernance des ressources des finances publiques.
A son tour, le Directeur Général de l’ARMP a émis le vœu de voir les magistrats de la Cour des comptes formés s’activer pour juguler la fraude et la corruption qui minent le secteur des marchés publics.
 «Cette formation vous a permis d‘identifier les points névralgiques de la chaîne de passation des marchés publics et la découverte des  procédures vous a rendu  capables d’assurer de manière professionnelle, seul ou en tandem avec l’ARMP, le contrôle a posteriori des marchés publics  qui, comme vous le savez, absorbent près de 60 % de la dépense publique. Je ne puis douter de votre aptitude à mener à bien notre mission de contrôle de la légalité et de la régularité des marchés publics passés  par l’Etat et ses démembrement », a déclaré le DG BUJAKERA.

 

 De G à D. Le Coordonnateur du COREF, le Président de la Cour des Comptes et le DG de l’ARMP (Photo ARMP/Maurice Ipoma)

Mon vœu, a–t-il renchéri, est de vous voir mettre en pratique les enseignements pour donner un sens au parchemin reçu. Ainsi, vous aurez accompli correctement votre mission, celle de contrôler et de vous rassurer que les marchés publics ont atteint leur objectif. 
Pour le Coordonnateur du COREF, Godefroid MISENGA, les effets de ce séminaire de formation devraient être ressentis dans  la rationalisation de la gestion des finances publiques et par ricochet, renforcer la transparence budgétaire et accroitre la responsabilité dans la gestion des finances publiques tant au niveau central que provincial.
«Le domaine des marchés publics constitue un enjeu budgétaire très important», a-t-il souligné avant d’appeler les récipiendaires à faire des connaissances acquises les outils dans l’exercice de leurs fonctions pour assurer le contrôle de la bonne gestion des fonds publics à tous  les échelons. 
«Nous sortons de ce séminaire, armés de la ferme volonté de voir notre juridiction financière  d’auditer et contrôler avec efficience, probité la régularité des dépenses publiques tout en se rassurant de leur conformité aux normes budgétaires et à la législation en vigueur», a déclaré le délégué des participants, traduisant de ce fait, l’engagement de ses pairs, à mettre en pratique le savoir acquis pour le bien et le bonheur de la RD Congo.
 Pour rappel, six modules portant sur les généralités sur la passation des marchés publics, définition, place, enjeux de la réforme, principes généraux ; le Montage institutionnel : organisation, compétences et fonctionnement des nouveaux organes du système de passation des marchés publics ; les Différentes méthodes de passation des marchés publics ; le Processus de passation des marchés publics ; la Planification et Programmes des marchés publics et la Composition des Dossiers d’appel à la concurrence (DAO et DP) ont été développés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche Appel d'offres

Annonces spéciales

Compteur des visiteurs

Aujourd'hui2
Hier174
Semaine340
Mois3498
Tout88142

Actuellement il ya 20 invités et pas de membres en ligne